Les thèmes

Newsletter

Vous souhaitez être informé des nouveautés sélectionnées par Sciences Pour Tous chaque trimestre

Recherche avancée

Qui sommes nous ?

La science progresse toujours plus vite. Le monde change. Et nous ?

Comment suivre l’évolution des connaissances et de la pensée? Comment ne pas se laisser dépasser ? Comment jouer en connaissance de cause son rôle de citoyen ? Mais aussi, comment découvrir les ressorts passionnants et si divers des sciences ? Comment se laisser émerveiller devant les ressources infinies de la nature?

Pour nous aider à répondre à ces multiples questions les éditeurs de « Sciences Pour Tous » se sont donnés pour mission de publier toute sorte de livres qui tentent de répondre aux questions de chacun, quel que soit son âge ou sa formation, du très grand public au scientifique soucieux de se tenir au courant de ce qui se passe dans d’autres domaines que le sien…

Il ne faut surtout pas croire que ces livres soient forcément sévères ou a fortiori ennuyeux ! Leurs auteurs sont des gens passionnés pour qui le partage de la connaissance est une nécessité et un plaisir !

Les mots en question

Pourquoi avons nous choisi l’appellation « Sciences pour tous » pour qualifier notre projet ?

Nous nous sommes demandé si, pour désigner l’entreprise de diffusion de la science hors des frontières de la communauté scientifique, le terme « vulgarisation scientifique » était le mieux approprié ? Cette question de vocabulaire fait l’objet d’un débat récurrent. Au cours d’entretiens réalisés auprès de quelques éditeurs de vulgarisation scientifique, nous leur avons demandé quelle était leur opinion :

• Marc Jammet (Vuibert) :

« Personnellement, si je devais proposer un néologisme, je préférerais faire du franglais en employant le terme “popularisation de la science” car “vulgarisation” a reçu au fil du temps une connotation péjorative. Beaucoup de personnes ont peur de ce terme, comme si c’était abaisser la science à un niveau pas assez noble. Vuibert (comme Dunod) a trouvé une périphrase en parlant de “culture scientifique”. J’appelle de mes voeux un nouveau vocable qui reste à inventer. » ;

• Nicolas Witkowski (Le Seuil) :

« Je préfère “vulgarisation” parce qu’en latin “vulgus” c’est le peuple et le but est de dire au peuple qu’il n’a pas de raisons d’avoir peur de la science. Le vulgaire c’est le peuple, il n’y a aucune vulgarité là-dedans. La vulgarisation est un dispositif social qui existe parce que le fossé entre la science et le public s’est creusé, mais qui devrait travailler à sa propre disparition. C’est une sorte de fourre-tout très commode, bien difficile à définir. »

• Jean Fontanieu (EDP Sciences) :

« “Vulgarisation”, ce n’est pas un mot que j’utilise beaucoup car il n’a pas une très bonne connotation. En anglais, “popularization” me paraît plus joli. Je préfère “culture scientifique”. »

(in, Benoît Dessalles, La stratégie éditoriale de Vuibert Sciences : réorientation de l’universitaire vers la vulgarisation scientifique. »

Aussi avons-nous finalement opté pour les termes de « Sciences pour tous »  qui ont le mérite de la clarté et de la simplicité.

Petit rappel historique

Qui sommes-nous ?

En février 2004 quelques éditeurs ont décidé de se regrouper pour accompagner le plan de diffusion de la culture scientifique annoncé par les ministres de la Culture et de la Recherche. Plan qui a pris la forme du fonds Jules Verne, doté par la Cité des sciences et de l’industrie et le Centre National du Livre, pour aider à la création et à la promotion des ouvrages et collections de vulgarisation scientifique, puis celle d’un salon du livre de sciences qui s’est tenu en octobre 2004 à la Cité des sciences, suivi en octobre 2005 de la « Fête du livre de science ». A cette occasion, les éditeurs ont décidé de publier le premier catalogue commun, qui regroupait 600 titres choisis aussi bien dans le fonds que parmi les nouveautés, des essais, monographies, dictionnaires, textes fondateurs et autres références. Un site www.sciencespourtous.org lancé dans le même temps, regroupait une cinquantaine d’éditeurs et  quelque 1 500 titres. Cette première réalisation a été largement saluée par les professionnels auxquels il était destiné, bibliothécaires et libraires principalement, et a incité le Syndicat de l’Edition (le SNE) à formaliser l’existence d’un nouveau groupe né officiellement en décembre 2005 : « Sciences Pour Tous ».

Ce groupe réunit depuis régulièrement une quinzaine d’éditeurs : des éditeurs spécialisés - Belin, Dunod, Vuibert, EDP sciences, Eyrolles, IRD, Quaue ou CNRS éditions, des éditeurs généralistes qui ont des collections dédiées à la vulgarisation comme Flammarion, Gallimard ou Le Seuil, et des maisons qui se situent à l’interface de ces deux pans du secteur comme Odile Jacob ou Le Pommier. En bref, comme l’a écrit Annie Favier dans Livres Hebdo, « tous les éditeurs qui produisent des livres scientifiques lisibles par tous ».

Car c’est en effet cela qui réunit ces acteurs très divers de l’édition de savoirs. Ils partent du constat qu’il existe un public pour les livres qui introduisent aux champs scientifiques, mais que, au même titre que la science et les scientifiques dont les sondages montrent qu’ils font peur mais qu’ils sont aimés, les livres de sciences inquiètent tout particulièrement les médiateurs que sont les bibliothécaires, les prescripteurs et les libraires, les journalistes parfois, tous venus au livre par amour de la littérature ou des sciences humaines, rarement par amour des sciences…

Notre objectif est de donner un outil à ces médiateurs,  aux bibliothécaires notamment, pour leur permettre d’effectuer un choix et d’améliorer leur offre de sciences. Nous avons donc la base en pensant à eux, afin qu’elle les aide à se repérer simplement.

Une nouvelle version du site

Cependant, si le catalogue a été unanimement salué, le site, lui, compte tenu de  la quasi  impossibilité des mises à jour, n’a pas rencontré l’audience attendue. De plus, l’absence des livres pour la jeunesse a été souvent déplorée. Le groupe « Sciences Pour Tous » a donc souhaité mettre en œuvre une rénovation complète de son site qui sera ouvert aux livres pour la jeunesse et mis à jour quatre fois par an, en s’appuyant sur la base Electre.

Comment ça marche

Pour être sûrs de disposer de la totalité des références disponibles, nous avons  choisi de travailler en partenariat avec Electre qui nous fournit les notices des nouvelles publications selon un algorithme d’extraction établi sur les thématiques de la classification Dewey et les types de publics qui correspondent à des ouvrages de divulgation scientifique. Les ouvrages sont ensuite passés au crible d’un comité constitué d’éditeurs du groupe « Sciences Pour Tous» qui détermine si les ouvrages correspondent aux critères élaborés pour ce catalogue, à savoir : livres des différentes disciplines des sciences fondamentales et appliquées (mathématiques, physique, chimie, sciences de la terre et de l’univers, sciences du vivant…. ) destinés à un large public, adulte et enfant, à l’exclusion des ouvrages professionnels, scolaires ou universitaires.

Les notices ainsi sélectionnées sont alors mises en ligne et les éditeurs qui le souhaitent ont la faculté de les modifier et d’apporter quelques renseignements supplémentaires dans la présentation de leurs ouvrages.
Le public cible est indiqué et chaque notice renvoie à deux grandes catégories de lecteurs : le grand public et les amateurs éclairés qui ont des bases solides et une bonne culture scientifique. Pour les livres destinés à la jeunesse, les tranches d’âges sont précisées.

Perspectives

Vous pouvez vous inscrire sur ce site pour recevoir une lettre d’information trimestrielle dont nous vous ferons l’annonce dès que possible et qui vous tiendra informé des actualités des sciences en général  (salons, événements, partenaires) et de « Sciences Pour Tous » en particulier avec les dernières sélections de nouveautés.
Les événements qui touchent notre activité seront également repris très régulièrement. Le site ayant vocation, bien sûr, d’abord de fournir un outil de recherche et de découverte, mais il se veut également très vivant, à l’image des domaines dont il se fait l’écho.

Remerciements

Nous tenons enfin à remercier tous ceux qui nous ont aidés dans cette tâche, le Centre national du livre, notamment, qui a soutenu le site depuis ses débuts, Florence Martin (directrice de la communication et du marketing chez Dunod) qui a porté le projet à bout de bras et, à titre privé, Joachim Breton qui nous a apporté son expertise et sa gentillesse.

Sophie Bancquart
Présidente de Sciences pour tous